Plusieurs étapes sont nécessaires pour obtenir une huile d’argan de qualité. Nous avons eu la chance de rencontrer notre producteur au Maroc afin de les découvrir de plus près :

La récolte

La toute première étape pour obtenir une huile végétale de qualité, c’est la récolte des fruits aussi appelés affiaches. Les arganiers sont exploités principalement pour leurs fruits si précieux donnant l’huile bien connue. Un arbre donne en moyenne 60 kg de fruits par an. Lorsque les fruits sont mûrs, ils tombent des arbres. C’est à ce moment-là et seulement à ce moment-là que les fruits peuvent être cueillis. Il ne faut surtout pas récolter les fruits dans les arbres au risque que les amandons à l’intérieur ne soient pas assez développés. La cueillette est effectuée au sol par les femmes marocaines le plus souvent. La technique est très simple, elles tournent autour de l’arbre par deux ou trois afin de ramasser un maximum d’affiaches séchés. Notre producteur s’attache à ce que les fruits soient le plus séchés possible, car il achète les sacs de fruits au poids.

Le dépulpage

Après la récolte et le séchage des fruits au soleil quand nécessaire, la pulpe des fruits est retirée mécaniquement. Une dépulpeuse assistée d’un opérateur permet d’enlever une grande partie de la pulpe séchée pour ne garder que le noyau contenant l’amandon.

À savoir que la pulpe des fruits est donnée comme nourriture aux animaux. Rien ne se perd dans la production de l’huile d’Argan.

Le concassage

Une fois les noyaux obtenus, vient l’étape de concassage. Ce sont des coopératives de femmes qui réalisent cette étape de production. Elles effectuent un concassage manuel grâce à un savoir-faire traditionnel. Cette étape est très technique. Chaque femme possède son propre galet servant à casser le noyau pour extraire l’amandon. Elles travaillent chacune à leur propre rythme et sont coordonnées par une cheffe. Cette dernière note le rendement puisque les femmes sont rémunérées selon le nombre de kilos d’amandons produits. En moyenne, une femme produit 3 kilos d’amandons par jour. Le concassage est suivi d’un tri minutieux des amandons afin d’éliminer les possibles dépôts organiques

A savoir qu’une fois de plus les sous-produits de l’arganier sont valorisés puisque les noyaux sont utilisés comme combustible.

Cette étape de concassage peut également être mécanisée dans le but d’augmenter le rendement tout en diminuant la pénibilité du travail et en espérant un meilleur salaire pour les ouvrières.

Le pressage

Une fois les amandons obtenus et triés, ils sont pressés à froid pour obtenir l’huile végétale d’Argan.

Une étape facultative peut se glisser ici, c’est la torréfaction. Elle est valable seulement si l’on souhaite obtenir une huile alimentaire d’argan toastée, ayant une couleur, une odeur et un goût plus prononcés. Dans ce cas, les amandons sont d’abord calibrés puis torréfiés dans un four adapté avant d’être pressés. Le calibrage est une étape clé qui favorise une torréfaction homogène et qui permet d’éviter l’obtention d’amandons brûlés.

La pression à froid se déroule ensuite toujours de la même manière. Les amandons sont chauffés puis broyés afin d’obtenir l’huile. On parle de pression à froid car cette dernière est chauffée à 45 degrés maximum afin de préserver tous ses composants et ses propriétés, notamment la vitamine E.

L’huile pure et brute est collectée dans un réservoir avant d’être filtrée.

Les résidus obtenus à cette étape sont appelés tourteaux. Ils sont également donnés aux animaux comme nourriture.

La filtration

La dernière étape consiste à la filtration de l’huile qui s’effectue à deux niveaux.

La première filtration consiste à éliminer les impuretés à l’aide d’une filtreuse à plaques équipée de papiers filtres. Après une première filtration, l’huile est soumise à une décantation statique afin d’éliminer des impuretés résiduelles. L’huile décantée suit alors une seconde filtration afin d’obtenir une huile fluide, limpide et brillante, dépourvue de résidus.

A savoir que pour obtenir une qualité d’huile d'argan désodorisée, une filtration mécanique supplémentaire est nécessaire. Notre producteur l’effectue avec des filtres composés de terre de diatomée et de charbon actif, adaptés à notre certification biologique.

Elle peut aussi être désodorisée, dans ce cas il y a une filtration supplémentaire (terre de diatomée + charbon).


Cet article vous a-t-il été utile ?

  
Note moyenne: 4.8 ( 22 votes )

Qui rédige ces conseils ?

Cet article a été rédigé et mis à jour par . Depuis ses débuts, l'entreprise a toujours été composée d'une équipe d'experts (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) et la pluralité des profils qui se sont succédés a permis de construire une base de connaissances qui s'enrichit continuellement. Aujourd'hui encore, notre équipe pluridisciplinaire travaille à temps plein pour améliorer l'expertise de nos contenus et la qualité de nos produits . Pour en savoir plus : comment sont rédigés nos conseils ?