Voir les 2 avis clients
Livraison offerte dès 29€

Cette teinture mère de Ladrôme Laboratoire est produite à partir d’Épilobe (Epilobium angustifolium) certifiée BIO, cette solution est élaborée pour les hommes d’âge mûr. Elle contribue au confort urinaire et au bon fonctionnement de la prostate. Cette teinture mère est fabriquée en France et composée d’ingrédients de haute qualité, issus du territoire Français.


Les plus produit : 

  • Ingrédients certifiés BIO par Ecocert (FR-BIO-01).
  • Sans colorants artificiels.
  • Fabriqué et emballé en France par Ladrôme Laboratoire.
  • Engagé pour l'environnement : « 1 % for the Planet ».
  • Conditionnement écoresponsable : bouteille en verre ambré et un étui en carton recyclable.

Produit en France par :

Ladrôme Laboratoire®, un laboratoire français valorisant depuis 30 ans la Nature au travers d'extraits de plantes et actifs biologiques hautement qualitatifs.


Ingrédient : extrait hydro-alcoolique d’Epilobium angustifolium*. * Ingrédient issus de l’agriculture biologique


Caractéristiques du produit :

Conseils d'utilisation : 20 à 25 gouttes diluées dans un verre d'eau de 20 cL, 3 fois par jour, pendant 3 semaines.
Vendu en : Flacon en verre ambré avec codigoutte, Emballage en carton recyclable
Stockage : À conserver dans un endroit sec et à l'abri de la lumière.
Bienfaits sur : Confort urinaire masculin, Confort urinaire
Dose journalière maximale : 75 gouttes, soit 3,3 g d'extrait qui correspond, en moyenne, à 1,5 g de parties aériennes fleuries fraîches d'Épilobe.

Ce produit possède ces labels :

Agriculture Biologique Cultivé en France Fabriqué en France Sans Additifs

0,00 €

M'avertir du retour en stock du produit

Plus que 29 € pour bénéficier de la livraison offerte en Point Relais
icon-progress
Standard : recevez ce produit entre le 26 juillet et le 27 juillet.
icon-progress
Express : recevez ce produit le 26 juillet

Produits Recommandés

Les précieux avis de nos clients

4.5/5
2 notes - 0 avis
Ecrire un avis

L’avis de la Compagnie des Sens

La Compagnie des Sens a choisi cette teinture mère à base de parties aériennes fleuries, fraiches, d'Epilobe de la gamme Ladrôme Laboratoire® pour diverses raisons :

  • Qualité supérieure des ingrédients : cette teinture est élaborée avec des produits BIO, et naturels à 100 %.

  • Produit haut de gamme : l'extrait hydroalcoolique d’Epilobe Ladrôme Laboratoire est conforme aux normes de production et aux critères de qualité définis par la Pharmacopée.
  • Ingrédients issus du territoire français : 82 % des plantes employées sont récoltées en France, dont l’Epilobe.
  • Composition pure et sans artifices : elle est exempte de colorants synthétiques.
  • Produit et emballé en France par Ladrôme Laboratoire.
  • Engagement écologique : collectif « 1 % for the Planet ».
  • Emballage écoresponsable : flacon en verre ambré et étui en carton recyclables.

Zoom sur l'Épilobe

Epilobe

L'Épilobe à petites fleurs, ou Épilobe-mollet (Epilobium parviflorum Schreb.), est une plante herbacée mesurant entre 30 et 70 cm de hauteur, appartenant à la famille des Oenotheraceae (ou Onagraceae). Répandue à travers toute l'Europe, cette plante se caractérise par ses sépales en forme de lobes triangulaires, d'où son nom. Elle est également présente en Asie occidentale jusqu'en Inde, ainsi qu'en Afrique et en Amérique du Nord. L'intérêt pour l'Épilobe a considérablement augmenté suite aux observations de l'herboriste autrichienne Maria Treben, qui a souligné ses bienfaits sur la santé urinaire.

La production d'une teinture mère de haute qualité nécessite des matières premières biologiques certifiées, récoltées dans le respect de l'environnement et des conditions de travail des cueilleurs. L'utilisation de plantes fraîches améliore significativement l'efficacité de la teinture, bien que la teneur en actifs puisse fluctuer sans critères standardisés. Un facteur déterminant est le contrôle de l'humidité des plantes, qui affecte la concentration en alcool de la teinture finie, due à l'extraction de l'eau présente dans les plantes. Ce contrôle s'effectue en laboratoire par la pesée de la plante avant et après séchage. Conformément aux normes de la pharmacopée française, le rapport pour créer une alcoolature est établi à 1/10 par rapport au poids sec de la plante, nécessitant ainsi dix volumes d'alcool pour un volume de plante sèche. Pour les teintures préparées à partir de plantes sèches, le rapport est de 1/5. La teinture mère à base d’Epilobe renferme principalement des phytostérols, et des flavonoïdes, reconnus pour leurs propriétés médicinales en phytothérapie.

Cette recommandation a piqué la curiosité des chercheurs, qui se sont attelés à étudier les effets de l'Épilobe sur la santé urinaire. Les résultats positifs de ces recherches ont mené à la proposition d'allégations de santé auprès des autorités compétentes, lesquelles ont été approuvées. Ainsi, il est désormais reconnu que l'Épilobe soutient le bon fonctionnement du système urinaire et présente un intérêt pour la santé et le fonctionnement de la prostate.

Précautions d’utilisation

  • L’extrait hydro-alcoolique de partie aériennes fleuries d'Epilobe est un complément alimentaire à base de plantes.
  • Ne se substitue pas à une alimentation variée et équilibrée et à un mode de vie sain.
  • Ne pas dépasser la dose journalière indiquée.
  • Tenir hors de portée des enfants.

Pour rappel :

  • Il est conseillé de diluer 20 à 25 gouttes diluées dans un verre d'eau de 20 cL, 3 fois par jour, pendant 3 semaines.
  • La dose journalière maximale est de 75 gouttes, soit 3,3 g d'extrait qui correspond, en moyenne, à 1,5 g de parties aériennes fleuries fraîches d'Épilobe.

Conseils complémentaires

  • Maintenir une hydratation adéquate est essentiel pour le fonctionnement optimal des voies urinaires, avec une consommation d'eau recommandée de 1,5 à 2 litres par jour.

  • Normalement, l'élimination urinaire se fait de 4 à 6 fois par jour. Un changement dans ce rythme peut indiquer d'éventuels problèmes urinaires, tels que les cystites ou l'hyperplasie de la prostate. Il est important de s'assurer de vider complètement la vessie à chaque miction et d'éviter de retenir l'urine.
  • L'ingestion de certains aliments et boissons, comme les produits épicés, la caféine, l'alcool, et les boissons gazeuses, peut provoquer une irritation de la vessie et exacerber les symptômes liés aux troubles urinaires.
  • Il est important de noter que certains médicaments peuvent induire une rétention urinaire comme effet secondaire. En cas de doute, consulter un médecin est fortement recommandé.
  • Contrairement à une idée reçue en nutrition, les protéines n'endommagent pas les reins en l'absence de maladie rénale préexistante. Une surveillance de l'apport en protéines est cependant nécessaire en cas de pathologie rénale, sous le suivi d'un professionnel de santé.
  • Face à des troubles mictionnels, consulter un médecin est crucial pour prévenir les risques de rétention urinaire aiguë, pouvant avoir des conséquences sérieuses à long terme.

Un engagement environnemental

Depuis plus de trois décennies, établie entre le Vercors et la Provence au sein de la Biovallée, Ladrôme Laboratoire observe avec une inquiétude croissante les impacts négatifs sur le territoire de la Drôme, notamment la baisse anticipée des niveaux d'eau souterraine, l'augmentation des températures, les bouleversements climatiques de plus en plus réguliers, les maladies et le déclin de la biodiversité. Engagée en faveur de pratiques durables, Ladrôme Laboratoire a adhéré au mouvement international "1% for the Planet" au début de l'année 2021, marquant ainsi sa volonté de contribuer à la préservation de l'environnement, un domaine souvent négligé par les actions philanthropiques. En France, l'environnement bénéficie seulement de 7% des contributions philanthropiques.

"1% for the Planet" constitue un réseau global d'entreprises s'engageant à consacrer 1% de leur chiffre d'affaires à des organisations dédiées à la protection environnementale, regroupant actuellement plus de 2 500 adhérents à travers le monde. En rejoignant cette initiative, Ladrôme Laboratoire s'engage à verser 1% de son chiffre d'affaires, provenant de l'intégralité de ses lignes de produits, en faveur d'associations qui œuvrent efficacement pour la sauvegarde de l'environnement.

Comment est fabriquée une teinture mère ?

La fabrication des teintures mères implique la macération de plantes fraîches dans de l'alcool pur ou un mélange d'alcool et d'eau, ce qui permet d'en extraire les actifs. Cette technique est aussi désignée sous les termes d'extrait hydro-alcoolique ou d'alcoolature. Parfois, les plantes sèches peuvent également être utilisées pour produire une teinture mère, bien que cette pratique soit moins courante.

Le procédé de création est identique pour les deux variantes de teintures : il s'agit de faire macérer une quantité spécifique de plante dans de l'alcool, de préférence avec une concentration allant de 60 à 90 degrés pour une efficacité maximale. Cependant, en raison de la difficulté d'accès à des alcools de haute concentration, un alcool titrant 45-50 degrés est souvent employé. L'alcool sert de solvant pour extraire et dissoudre les actifs des plantes, qui sont préalablement broyées pour libérer les actifs. La durée de macération varie en fonction de la plante utilisée et peut s'étendre de quelques jours à plusieurs semaines, avec un brassage quotidien favorisant une libération graduelle des substances actives dans l'alcool. Une fois la macération terminée, le liquide est filtré puis embouteillé dans un récipient opaque pour en maintenir la stabilité. Conservée à l'écart de la lumière et de la chaleur, la teinture mère se conserve pendant de nombreuses années.

Teinture mère et extrait hydro-alcoolique, y a-t-il une différence ?

Dans l'usage quotidien, le terme "teinture mère" fait souvent allusion à l'extrait hydroalcoolique, un produit élaboré par la macération de plantes dans un mélange d'eau et d'alcool. Cette méthode peut s'appliquer à l'ensemble de la plante ou à ses parties distinctes, telles que les feuilles, fleurs, graines, écorces, racines, ou fruits, que ceux-ci soient frais ou séchés. Le taux d'alcool utilisé pour la macération varie généralement entre 60° et 90°, ajustable selon la nature du végétal traité et sa teneur en eau. Les extraits obtenus peuvent être réglementés comme compléments alimentaires pour une consommation orale, ou utilisés dans la formulation de produits à usage externe, tels que les bains de bouche ou les applications cutanées.

Par ailleurs, il est important de distinguer ces produits des Teintures-Mères homéopathiques (TM), qui obéissent à des normes strictes définies par la Pharmacopée et sont soumises au contrôle des laboratoires homéopathiques. Contrairement aux teintures mères utilisées en phytothérapie, les TM homéopathiques sont destinées exclusivement à la fabrication de médicaments homéopathiques et sont disponibles uniquement en pharmacie. Elles requièrent une autorisation de mise sur le marché (AMM) et sont préparées à partir de plantes entières fraîches, macérées dans de l'alcool à 95° pour une période fixe de 21 jours. La concentration de la plante dans la solution peut être ajustée selon sa teneur en eau, visant un titre alcoolique proche de 70° à la fin de la macération.

Malgré leurs différences, ces diverses préparations partagent le principe commun d'utiliser l'alcool comme moyen d'extraction et de conservation des substances actives des plantes.

Teinture mère, huile essentielle, macérat de bourgeons, quelles différences ?

Les teintures mères, les huiles essentielles, et les macérats de bourgeons sont des extractions concentrées, tirant parti des principes actifs spécifiques d'une plante ou d'un arbre. Bien qu'une même source végétale puisse donner lieu à ces trois types de produits, chacun se distingue par son processus de fabrication et ses propriétés uniques.

  • Les teintures mères, obtenues par la macération de plantes dans l'alcool, permettent d'extraire efficacement les composés, offrant ainsi un extrait hydroalcoolique utilisé majoritairement par voie orale ou topique, pour des traitements de durée variable. Elles concentrent les vertus de la plante d'origine, mais du fait de leur teneur en alcool, elles ne sont pas recommandées pour tous, particulièrement les femmes enceintes, allaitantes et les enfants.
  • Les huiles essentielles, quant à elles, sont des liquides volatils et odorants, extraites par distillation ou pression mécanique (pour les agrumes) des parties aromatiques d'une plante. Malgré leur appellation, ce ne sont pas des huiles au sens gras du terme, mais plutôt des essences concentrées reflétant les caractéristiques de la section végétale utilisée. Elles sont employées de diverses manières, y compris en ingestion, inhalation, diffusion, ou application locale, visant un soulagement rapide et ciblé de divers maux. Toutefois, l'utilisation des huiles essentielles doit être prudente, en raison de leurs nombreuses contre-indications et potentiels effets secondaires.
  • Les macérats de bourgeons sont créés en faisant macérer des bourgeons ou des pousses jeunes dans un mélange d'eau, d'alcool et de glycérine, capturant l'essence de la plante entière. Consommés oralement, purs ou dilués, ils agissent de manière subtile et prolongée sur des déséquilibres profonds, avec généralement moins de restrictions d'usage ou d'effets indésirables par rapport aux deux autres formes.

Ainsi, bien que ces trois méthodes d'extraction partagent un objectif commun d'exploitation des propriétés des plantes, elles se caractérisent par des applications, des bénéfices et des précautions d'usage distincts.

Comment sont contrôlées les teintures mères ?

Dans le cadre de la production, chaque aspect du processus de fabrication, incluant les outils utilisés, la durée et les matières premières, est rigoureusement normalisé. Ces normes sont documentées et enregistrées au sein de la Pharmacopée française ou européenne, assurant ainsi une uniformité et une qualité constante. En conséquence, les teintures mères sont soumises à des contrôles minutieux dans le secteur pharmaceutique. Les laboratoires engagés dans la production et la distribution de teintures mères doivent obtenir une certification des Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF), attribuée par l'Agence Nationale de la Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM). La qualité des produits est rigoureusement vérifiée à travers des procédures de contrôle, incluant des analyses chromatographiques, pour s'assurer de leur conformité aux standards établis.

Quel est le rôle de la prostate chez l’homme ?

La prostate est une glande génitale masculine, de la taille d’une châtaigne, positionnée sous la vessie. Elle enveloppe l’urètre, conduit via lequel l’urine est évacuée. Elle est entourée d'une capsule fibro-élastique et se compose de trois zones distinctes.

  • La zone périphérique, adjacente au rectum, représente la majeure partie de la prostate.
  • La zone de transition, située au centre de la glande, est relativement petite chez les hommes plus jeunes mais peut s'agrandir avec l'âge.
  • La zone centrale se trouve à la base de la prostate, entourant les canaux éjaculateurs.

La prostate est un organe du système reproducteur masculin, qui commence à se développer et à fonctionner à la puberté, stimulée par la testostérone sécrétée par les testicules. Sa fonction principale est de générer le liquide prostatique, essentiel à la survie, à la maturation et à la mobilité des spermatozoïdes, eux-mêmes produits par les testicules. Elle joue également un rôle clé dans le processus d'éjaculation.

Pourquoi à partir d’un certain âge la prostate fait uriner plus fréquemment ?

En vieillissant, la prostate tend à s'agrandir en raison de la multiplication des cellules. Elle devient alors trop volumineuse et compresse l’urètre qui la traverse, ce qui peut conduire à une gêne. Ce phénomène peut être bénin, et concerne la plupart des hommes à partir de 70 ans. La fréquence des envies d'uriner augmente, devenant particulièrement contraignante durant la nuit. Le démarrage de la miction est plus lent, le jet urinaire est faible et interrompu, et des gouttes persistent à s'écouler pendant quelques minutes. Après miction, il reste une sensation de vessie non totalement vidée.

Quelles autres plantes favorisent le bon fonctionnement de la prostate ?

L'utilisation de certaines plantes, soit isolément soit en synergie, se présente comme une alternative valable pour favoriser le bon fonctionnement de la prostate. Ces végétaux peuvent être utilisés sous différentes formes, incluant les infusions, les capsules, les pilules, les huiles essentielles, ou encore les extraits de bourgeons. Plusieurs de ces plantes sont appréciées pour leurs effets sur la santé de prostate :

  • Le Palmier de Floride (Serenoa repens), ou  Chou palmiste est utile au maintien de la fonction urinaire normale pour les hommes de l'âge de 45 ans. Il soutien du pic du débit urinaire
  • Plusieurs variétés de courges dont la Citrouille, le Potiron contribue à maintenir la fonction de la prostate en bonne santé. C’est également le cas des graines de Courge.
  • Le Prunier d'Afrique aide à maintenir une fonction urinaire normale chez l'homme, et participe au confort urinaire.
  • L’Actée à grappes (Actaea racemosa) est utile pour la maintenir la fonction normale de la prostate.

Quels sont les autres aliments à privilégier pour maintenir la santé de la prostate ?

Le régime méditerranéen a été identifié comme bénéfique pour la santé de la prostate, grâce à sa composition riche en :

  • produits céréaliers complets, fruits et légumes, ainsi que l'Ail, les oignons, les épices, et les herbes aromatiques.
  • huile d'olive et huile de colza comme sources principales de lipides.
  • consommation régulière de légumineuses, de Noix, de Graines, ainsi que de yaourt et fromage de brebis.
  • forte présence de poissons, tant gras que maigres, consommés plusieurs fois par semaine.

Quels sont les autres aliments à éviter pour maintenir la santé de la prostate ?

Selon les principes du régime méditerranéen, la modération est recommandée pour certains types d'aliments :

  • La consommation de poulet, d'œufs, et d'aliments sucrés devrait être occasionnelle (quelques fois par semaine).
  • La consommation de viandes rouges et de charcuteries devrait être très restreinte (quelques fois par mois). L'ANSES suggère de limiter l'apport en viandes rouges à un maximum de 500 g par semaine, et en charcuteries à 25 g par jour au plus.
  • Un apport calorique adapté, généralement situé entre 1800 et 2500 calories par jour, est conseillé en fonction de l'activité physique, tout en prenant en compte la corpulence et le métabolisme individuel. Ces recommandations représentent des orientations générales.

Comment fonctionne le système urinaire ?

Le système urinaire est chargé des processus de création, de rétention et d'élimination de l'urine, et se compose des reins, des uretères, de la vessie, de l'urètre et du méat urinaire.

  • Les reins, semblables à des haricots et mesurant environ dix centimètres, se situent sous le diaphragme, à l'arrière de l'abdomen, de chaque côté de la colonne vertébrale. Ils filtrent et purifient continuellement le sang, transformant les déchets, les substances solubles et l'excès d'eau en urine.
  • Les uretères, deux conduits musculaires d'une trentaine de centimètres de long chez l'adulte, transportent l'urine des reins à la vessie.
  • La vessie, un réservoir musculaire contractile, stocke temporairement l'urine. Elle est équipée de deux sphincters à sa jonction avec l'urètre pour réguler l'évacuation : un sphincter interne, qui maintient l'urine, et un sphincter externe, proche de la prostate, qui permet l'évacuation volontaire de l'urine.
  • L'urètre assure le passage de l'urine de la vessie jusqu'au méat urinaire, pour son expulsion du corps.

La quantité d'urine produite par les reins, ou diurèse, varie selon l'hydratation, l'activité physique, le climat et les médicaments pris. Elle se situe généralement entre 1,5 et 2 litres sur 24 heures, avec 4 à 6 mictions quotidiennes, qui devraient se dérouler sans effort, sans douleur, et en flux continu. Toute modification dans ces processus peut indiquer un dysfonctionnement nécessitant une évaluation médicale.

Comment maintenir la santé de l’appareil urinaire ?

La santé du système urinaire se maintient principalement par de bonnes pratiques de vie quotidienne.

  • Hydratation : Boire suffisamment d'eau est crucial pour aider à éliminer les toxines du corps via l'urine. Il est conseillé aux adultes de consommer entre 1,5 et 2 litres d'eau par jour, sachant que l'alimentation apporte également de l'eau.
  • Cesser de fumer : Fumer augmente significativement le risque de cancer de la vessie.
  • Ne pas différer la miction : Il est important de ne pas retenir l'urine trop longtemps, car cela pourrait affaiblir les muscles de la vessie et favoriser les infections. Il est recommandé d'uriner dès le besoin ressenti, en veillant à un intervalle régulier de trois à quatre heures et à bien vider la vessie.
  • Uriner après un rapport sexuel : Cela aide à éliminer les bactéries qui pourraient s'introduire dans l'urètre durant l'activité sexuelle, réduisant ainsi le risque d'infections.
  • Pratiquer une hygiène adéquate : Essentielle pour les deux sexes, cette mesure est particulièrement cruciale pour les femmes, qui doivent s'assurer de s'essuyer de l'avant vers l'arrière après avoir uriné pour prévenir la transmission de bactéries.

Quelles autres plantes contribuent au confort urinaire ?

Pour améliorer le bien-être urinaire et encourager l'élimination de l'eau par les reins, il est possible de recourir à certaines plantes, utilisées seules ou en synergie, et disponibles sous diverses formes telles que tisanes, gélules, comprimés, huiles essentielles ou macérats de bourgeons. Voici une sélection de plantes reconnues pour leurs propriétés diurétiques :

  • Le Kinkéliba (Combretum micranthum) : Appréciée pour ses vertus diurétiques, cette plante est couramment préparée en infusion.
  • La Piloselle (Pilosella officinarum / Hieracium pilosella) : Utilisée de longue date en phytothérapie, la piloselle favorise l'élimination rénale de l'eau.
  • La Bugrane épineuse (Ononis spinosa) : Reconnue pour son action positive sur le système urinaire, la bugrane épineuse est fréquemment utilisée dans les formules de compléments alimentaires visant à améliorer le confort urinaire.

La marque : Ladrôme Laboratoire

La nature, véritable laboratoire du vivant, est le berceau de toutes les évolutions et innovations. Chez Ladrôme Laboratoire, cette richesse naturelle est valorisée scientifiquement pour en extraire des actifs bénéfiques. Depuis 30 ans, avec respect et humilité, Ladrôme Laboratoire développe des solutions de santé naturelles, biologiques et de haute qualité. Du champ au flacon, en collaborant étroitement avec leurs producteurs ou en maniant les éprouvettes en laboratoire, chaque détail est soigneusement pris en compte. Leur expertise collective permet de créer des formules aux synergies végétales optimales, sans ingrédients superflus.

La recherche de l'excellence par Ladrôme Laboratoire prend racine dans la Drôme, territoire où la richesse des plantes aromatiques et médicinales est magnifiée par le soleil provençal et l'air pur du Vercors. Cette fascination pour la botanique nourrit une conviction profonde dans le potentiel des remèdes naturels. Ancrées dans un héritage de connaissances traditionnelles et affinées par les avancées de la science contemporaine, ces approches révèlent un savoir-faire exceptionnel. Pendant trente ans, Ladrôme Laboratoire, avec ses collaborateurs, a promu une vision de la santé plus naturelle, intégrée et préventive. Avec l'ambition de transformer les perspectives pour les trente prochaines années, Ladrôme Laboratoire Laboratoire s'efforce de cultiver un changement d'attitude vers une appréciation renforcée des bienfaits des plantes et de leurs actifs.